ECONOMIE: Carte professionnelle du commerçant

Jean-Louis Billon à propos de la création de la carte professionnelle du commerçant : Il faut que la Fenacci soit au centre des débats

Le ministre du Commerce a profité de la cérémonie de remise des recommandations de l’atelier organisé courant février 2016 pour donner son point de vue sur la création de la carte professionnelle du commerçant, l’une des actions prioritaires de la Fédération nationale des acteurs du commerce en Côte d’Ivoire (Fenacci). 

Le vendredi 4 mars 2016 dans un hôtel au Plateau et en présence de Soumahoro Farikou, président de la Fenacci, Jean-Louis Billon a exprimé l’engagement du gouvernement à accompagner la modernisation du secteur du commerce ivoirien : «C’est vrai que la Fenacci est née au moment du parti unique, comme l’Ugtci… C’est-à-dire qu’elles ont été bien pensées et bien assises. Elles ont montré leur vision avant-gardiste bien longtemps avant. La Fenacci fédère l’ensemble des forces en présence pour porter d’une seule voix les revendications légitimes des commerçants. Quand on se battait pour obtenir la citadelle de la Chambre de commerce et d’industrie, la première structure que nous avons vue, c’est la Fenacci. 

Il n’y a donc pas d’équivoque de mon côté. En ce qui concerne la carte professionnelle des commerçants, il faut que la Fenacci soit au centre des débats. Ils ne doivent pas se faire sans la Fenacci. En tant que premier responsable du Commerce, je peux vous assurer que la Fenacci sera au centre des débats. C’est unis que nous sommes forts». Avant de remettre le rapport du séminaire sur la modernisation du secteur du commerce qui s’est déroulé le 18 février 2016 à Abidjan, le président de la grande faitière de commerçants de Côte d’Ivoire (elle regroupe plus de 600 organisations professionnelles) a souhaité que ce rapport serve de boussole à l’avancée de l’économie ivoirienne. «De la carte professionnelle des commerçants en passant par la banque du commerçant jusqu’à la centrale d’achat, tous les projets ont été passés au peigne fin. Nous avons bon espoir car, vous à nos côtés, nous sommes convaincus que de grandes choses seront accomplies pour le bonheur des commerçants de Côte d’Ivoire», a indiqué Soumahoro Farikou en souhaitant que le ministre du Commerce désigne un collaborateur pour le suivi de la mise en œuvre des recommandations du séminaire sur la modernisation du secteur du commerce en Côte d’Ivoire.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.