Prix des denrées alimentaires: La solution de la FENACCI

Denrées alimentaires : Farikou Soumahoro (Président de la Fenacci) au sujet du plafonnement du prix des denrées: « Les commerçants vont suivre mais… »

Les commerçants entendent s’aligner sur les nouveaux prix des denrées, annoncés par le ministère du Commerce, de l’Artisanat et de la promotion des Pme, le mardi 25 juillet 2017, conformément à la mesure de plafonnement des prix adoptés par le Gouvernement.

 Le président de la Fédération nationale des associations des commerçants de Côte d’Ivoire (Fenacci), Farikou Soumahoro, en a donné l’assurance, le mercredi 26 juillet 2017, au cours d’un échange téléphonique, que nous avons eu avec lui. Cependant, il a interpellé les autorités, sur les conséquences que pourrait avoir l’application de cette mesure sur la disponibilité des denrées concernées. En effet, a-t-il indiqué, les commerçants pourraient refuser d’importer lesdites denrées si celles-ci faisaient l’objet de fluctuations sur le marché international. Cela, pour ne pas vendre à perte.

«Ils ont fixé les prix homologués par l’Etat. Les commerçants vont suivre mais si d’aventure au niveau du marché international, il y a une fluctuation du prix du riz et du ciment ( c’est fabriqué ici on le dit mais il y en a qui est importé), que fait le commerçant en ce moment ? Il importe ou il n’importe pas ? Et quand il n’importe pas, on tombe sous le coup de pénurie au niveau national. Donc, il faut s’attendre à cela puisque ces prix ont été fixés pour six mois », a-t-il prévenu. Parallèlement, il a invité le gouvernement à mettre en place des dispositifs fiscaux adaptés pour permettre aux commerçants d’amortir l’impact des fluctuations constatées sur le marché international, et leur faciliter l’application de la mesure deplafonnement qui s’étend sur une période initiale de six mois.

« Si le gouvernement fixe le prix, il va falloir que les effets,, au niveau de la douane et de la taxation suivent. Si le commerçant importe, que les taux de douane au niveau des frais portuaires ne connaissent pas de changement, que feront les commerçants ? », s’est-il interrogé. Adopté le 12 juillet dernier, le décret de plafonnement des prix de plusieurs denrées, notamment le riz, l’huile de table, la tomate concentrée, le sucre et le ciment, est entré en vigueur depuis cette date. Ainsi, la tomate concentrée est désormais vendue entre 75 F et 2.000 Fcfa selon la provenance (Côte d’Ivoire, Tunisie, Chine ou Malaisie) et le volume. Le prix du kilogramme de riz ne devrait pas aller au-delà de 397 F Cfa pour les riz semi-luxe, et 332 F Cfa pour les riz dits de grande consommation, quand le prix maxima du kilogramme de sucre passe à 850 F Cfa.

Les populations débourseront maintenant 900 F Cfa pour le litre d’huile de table, et 20.000 F Cfa pour le bidon d’huile de 25 litres. Pour ce qui est du ciment, il devra être vendu à Abidjan et à San Pedro, aux prix respectifs de 4700 F Cfa et 4800F Cfa le sac de 50 kg. « Passé le 12 août 2017, tous les commerçants qui ne respecteront pas les nouveaux prix, subiront la rigueur de la loi », indique un communiqué du ministère du commerce, publié sur sa page Facebook, à l’endroit des acteurs du secteur du commerce.

Source: Infodrome

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.